Intrigues Hingashiennes

Accueil > Forum > Tableau des Quêtes > Opérations spéciales > Intrigues Hingashiennes
Lerith Il y a 1 mois et 1 semaine

Elle ne s'attendait pas à devoir un jour déclencher le "protocole spécial" pour son compte, mais à ce niveau la situation l'imposait. Tout avait commencé par une rumeur, celle d'un homme avec qui son époux se serait violemment disputé dans une maison de thé de Kugane. S'il est vrai qu'il a un fort caractère, Kikyo avait tout de même noté que cet Echigoya-dono s'était certainement montré fort irrespectueux pour que son mari s'emporte ainsi en public au point que l'on en parle. Mais jusque là, rien d'alarmant, et puis Akira-sama n'en fit pas mention au cours des jours suivants alors à quoi bon s'inquiéter. Ce n'est qu'après avoir lu l'article de journal relatant le fait divers sur l'assassinat d'Echigoya-dono qu'elle eut de brèves inquiétudes, espérant que son époux ne soit pas mêlé à un quelconque conflit marchand dans lequel un des partis aurait eu recours à des méthodes extrêmes ; elle craignait surtout qu'il soit la prochaine cible. Mais là encore, Akira-sama n'en fit aucun cas et puis, après tout, il était bien protégé. De plus, un homme capable de le faire perdre son sang froid en public comptait certainement nombre d'ennemis autrement moins honnêtes et beaucoup plus violents.
Puis, un soir, il ne revint pas à la maison. S'il pouvait lui arriver de rentrer tard, il n'était pas habituel qu'elle ne se réveille pas à ses côtés dans leur lit. Sa première réaction fut précisément d'éviter de surréagir. Ce n'est qu'une fois les enfants envoyés à l'école et Akitora dans les bras d'une servante qu'elle contacta Murasaki qui lui transmit l'information : Akira Kurusu a été arrêté hier soir par le Sekisegumi, suspecté du meurtre.
Impossible. Et même si le bras droit d'Akira le lui confirma instantanément il était impensable qu'il ai envoyé ses shinobis assassiner un homme juste pour une dispute. Et tout cela une semaine seulement après cet altercation ? Une coïncidence trop belle, trop parfaite, trop... évidente. Devenait-elle paranoïaque ? Peut-être, mais cette impression était partagée par Murasaki, la seule personne qu'Akira-sama écoutait. Son esprit lui envoyait un signal de danger, pour son mari mais peut-être aussi les enfants. Et si Echigoya n'avait été qu'un "dommage collatéral", que son meurtre avait pour objectif de faire tomber la tête du Kurusu-gumi ? Le Sekisegumi s'était bien trop rapidement intéressé à lui, et n'avait même pas pris la peine d'avertir la famille du concerné. Trop de mystères, trop de secret, trop... d'intrigue.

Pour protéger ses enfants, ne sachant pas encore à quoi s'en tenir sur cette affaire, Kikyo devait tenir son rôle d'épouse et se contenter de s'indigner devant les autorités tout en agissant, en sous-main, pour que des personnes fiables mènent l'enquête et découvrent le fin mot de cette histoire. Mais interférer dans une enquête judiciaire hingashienne, cela demanderait de la finesse, de l'audace, et un brin d'ingérence. Elle ne pensait pas déclencher un jour le protocole spécial pour son propre compte, mais la vie d'un innocent en dépendait peut-être.
Lerith Il y a 1 mois et 4 jours
Comme l'on pouvait s'y attendre, les débuts de l'enquête ne furent guère concluants. Mahruvvet et Nazah avaient bien tenté d'en apprendre plus mais un ijin aurait toutes les peines du monde à s'infiltrer dans la société hingashienne. Dans un pays dirigé par les isolationnistes, même à Kugane, Kikyo ne se faisait pas grands espoirs mais au moins elle avait espéré un indice, une piste, un début de quelque chose... Elle finit par troquer une place à bord de l'Eternal contre une infirmation de Bunjiro, le moins légal et paradoxalement le plus fiable des contacts de son mari à Kugane : une fleur de lotus blanc retrouvée sur le cadavre d'Echigoya. Seul le sekisegumi, et la servante ayant découvert le corps, est au courant. Voici donc la raison pour laquelle ils s'accrochent tant à Akira sur cette affaire. 
Pour autant, il faut être bien stupide pour signer son crime de manière aussi flagrante et le Sekisegumi ne saurait l'ignorer. Une part d'elle commençait à envisager la possibilité qu'enfermer Akira comme un coupable servait l'enquête, que les autorités espéraient ainsi que le véritable coupable commette une erreur. Néanmoins, elle ne pouvait tout miser là-dessus. 

Puisqu'il n'y avait aucun moyen d'enquêter sur place, que Nazah et Hanbei étaient possiblement recherchés et que Mahruvvet ne pouvait se faire passer pour une hingashienne, la dernière piste possible pour Kikyo était la moins respectueuse envers son époux : fouiller dans ses affaires en quête de noms et de relations d'affaire dont il ne parlait jamais avec elle.
Son premier acte fut de prévenir Murasaki, en tant que bras droit elle aurait pu s'y opposer ou l'accompagner afin de s'assurer qu'elle ne trouve rien qu'elle ne soit sensée trouver. Puis, elle commença par son bureau à siège du Kurusu-gumi. Minutieusement, pendant des heures et des heures, elle éplucha le moindre courrier, releva chaque nom et remonta chacun de ces fils de soie dans sa tête jusqu'à construire une toile la plus fidèle possible pour remonter le cours du temps et tenter de trouver ce qui avait changé au cours de ces dernières semaines.

"Qui peut bien tirer profit de tout ceci ?"
Lerith Il y a 1 mois et 1 jour
Trois jours s'écoulèrent le temps d'éplucher le moindre dossier, la moindre ligne en quête d'un nom ou d'une anomalie dans les activités du Kurusu-gumi ces dernières semaines avant de s'attaquer à leur propre chambre et tout autre lieu de la maison où Akira aurait pu entreposer des documents personnels. Rien de rien. Le tigre était non seulement d'une rigueur militaire quand il s'agit de mettre de l'ordre dans ses affaires mais il ne laissait aucune piste quant à ses pensées personnelles. Si son propre bureau ne renfermait aucun indice elle ne nourrissait que peu d'espoir pour Ten no Tsuki, où elle rentra frustrée le troisième jour. Fatiguée, elle prit le temps d'écrire un courrier officiel pour le seul contact découvert au Bakufu, pour demander au moins qu'on l'aide à le voir si ce n'est pour l'aider plus directement à sortir de prison. La réponse -pour peu qu'il y en ai une- prendrait sans doute plusieurs jours. Si ce contact ne donnait rien, elle devrait se résoudre à des voies plus officielles et beaucoup plus longues étant elle-même une ijin sans le moindre appui local.

Elle ne prendrait pas part au voyage vers Tural aux côtés de ses hommes ainsi qu'elle se l'était promis, cette aventure qu'elle aurait dû partager avec Lucien. Hélas, il était impensable de laisser seuls les enfants à la maison avec leur père en prison pour partir explorer le Nouveau Monde. Ses rêves passeront toujours bien après sa famille. Elle maudissait les responsable de ce malheur de tout son être, et n'abandonnerait pas.
"Gyoban, veillez à ce que mes hommes ne manquent de rien pour le départ.
- Viendrez-vous les saluer, madame ?
- Oui... oui je viendrais le jour du départ. Me présenter plus tôt ne ferait que nourrir mon amertume ne gâchons pas leur enthousiasme."

Utilisation des données

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Utilisez les boutons pour donner votre accord ou refuser.